Mon cadeau de Noël à Justin Trudeau (au sujet d’Aslı Erdoğan)

cadeau de Noël à Justin Trudeau | Aslı Erdoğan

Je ne suis pas un activiste. Je ne participe pas aux manifs. Je ne distribue pas de tracs. J’ai quand même envoyé un cadeau à Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Parce que fuck.

Quelque chose cherche à basculer en Occident. Les symptômes sont partout. Trump, Le Pen et les autres. Impossible de savoir où cela nous mènera. Il y a trop de possibilités. La Turquie nous montre l’une des voies.

Le gouvernement turc a été « victime » d’une tentative de coup d’État. Je mets le mot entre guillemets. C’était une tentative de coup d’État menée par de parfaits incompétents. Ou, plus probable, c’était une fausse tentative. Un prétexte pour ce qui allait suivre.
Tout ce que la société turque contenait de progressistes, de défenseurs des minorités, d’empêcheurs de gouverner en rond est destiné à la prison! Médias, universités, culture : les institutions et entreprises fermées de force sont légion.

Voilà : la Turquie, pays membre de l’OTAN et donc allié du Canada, est devenue un pays où ne pas être d’accord avec le gouvernement est suffisant pour être accusé de terrorisme, et être mis en cage pour le reste de sa vie. Rien de moins.

L’écrivaine Aslı Erdoğan est un symbole de ce qui se passe là-bas. Son procès pour appartenance à une organisation terroriste commencera le 29 décembre. Vous comprendrez que « organisation terroriste » signifie « journal qui défend la minorité kurde ».

Nous restons muets face à ces horreurs. Nous avons l’impression qu’elles ont lieu très loin de chez nous. Qu’elles ne nous concernent pas. La Turquie est un exemple de ce qui peut se passer très près de chez nous.

J’ai donc envoyé un livre d’Aslı Erdoğan à Justin Trudeau : Le Bâtiment de pierre. Je lui demande de prendre position au nom du Canada. Voici la lettre qui l’accompagnait. Je suppose que je suis devenu un activiste.

Voici le texte de cette lettre :

Continuer la lecture

Première version du roman!

Je suis en train de faire quelque chose de particulièrement agréable : lire la première version de mon roman. Une première version complète, avec tous les chapitres.

C’est loin d’un premier jet. Tous les chapitres ont été revus au minimum trois ou quatre fois. Voire dix ou quinze…

Première version du roman La Saison des demi-fous

Le travail qui reste à faire

  • Finir de lire en prenant des notes
  • Apporter les modifications notées
  • Passer le tout dans Antidote (ça va être long)
  • L’envoyer à une éditrice et à un comité de lecture
  • Recevoir les commentaires
  • Apporter toutes les modifications nécessaires
  • Relire une dernière fois
  • Envoyer à des agents ou des éditeurs

J’en ai pour peut-être 200 heures… Ce n’est rien comparativement aux 2 000 ou 3 000 que j’ai déjà mises. (Pour le prochain, je vais tenir une feuille de temps. J’aurai un décompte précis.)

Le roman

  • Un million de caractères, ou 169 000 mots (je suppose que l’histoire en fera 150 000 quand je la remettrai à un éditeur)
  • Le fichier Word fait 800 pages (marges normales, interligne double, Times New Roman 12)
  • Selon la façon dont il est imprimé, le roman pourrait faire environ 450 pages.

C’est une aventure qui mêle espionnage et relations de couples plutôt particulières. Le style se veut fluide, sans fioriture inutile. Si le pari est réussi, non seulement le lecteur ne pourra pas lâcher l’histoire, mais il voudra discuter des idées portées par le récit.

Résumé (sans dévoiler l’intrigue)

En 2041, l’intelligence artificielle a permis d’automatiser une très grande partie du travail. Résultat, la moitié de la population est au chômage. La crise est économique, sociale et climatique. Adam, un jeune historien devenu vedette médiatique, consacre sa vie à une question qui dérange : pourquoi n’a-t-on rien fait pour prévenir la crise alors qu’on prévoyait dès les années 2010? Il tombe amoureux de Marie, brillante, sympa, excentrique, belle et riche. Elle refuse de lui révéler quoi que ce soit sur elle, à part son prénom.

En parallèle, Madeleine, une colonelle loyale à la libido plutôt déjantée, découvre que les services secrets français sont piratés. De faux ordres sont envoyés pour éliminer les gens dont le nom figure sur une liste. La seule personne à s’en tirer indemne est Marie.

La question « qui est Marie? » amène le lecteur sur une île dans le Grand Nord québécois, sur les toits de Montréal, dans un bunker sous Paris et dans une banlieue de Douala. Elle lui fait rencontrer un vieux cryptographe somalien fumeur de hachich, un geek milliardaire alcolo, un président de la France charmeur de foules, un ex-soldat israélien droit comme un clou et un top agent américain assez chiant. Tous ces gens, à leur façon, ont décidé de faire quelque chose pour prévenir les crises qui s’annoncent.

Le titre provisoire

La Saison des demi-fous

 

Combien de mots dans un roman? Un décompte de quelques romans populaires

Combien de mots dans un roman? J’ai fait une estimation de divers romans populaires, histoire de se comparer.

La question n’est pas futile pour qui écrit un roman. C’est mathématique : un auteur produisant 1 000 mots par jour terminera son roman de 100 000 mots en 100 jours (ou du moins, le premier jet de son roman… le travail ne sera alors vraiment pas fini).

Continuer la lecture

Roman (auteur) Nombre de mots