Mon cadeau de Noël à Justin Trudeau (au sujet d’Aslı Erdoğan)

cadeau de Noël à Justin Trudeau | Aslı Erdoğan

Je ne suis pas un activiste. Je ne participe pas aux manifs. Je ne distribue pas de tracs. J’ai quand même envoyé un cadeau à Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Parce que fuck.

Quelque chose cherche à basculer en Occident. Les symptômes sont partout. Trump, Le Pen et les autres. Impossible de savoir où cela nous mènera. Il y a trop de possibilités. La Turquie nous montre l’une des voies.

Le gouvernement turc a été « victime » d’une tentative de coup d’État. Je mets le mot entre guillemets. C’était une tentative de coup d’État menée par de parfaits incompétents. Ou, plus probable, c’était une fausse tentative. Un prétexte pour ce qui allait suivre.
Tout ce que la société turque contenait de progressistes, de défenseurs des minorités, d’empêcheurs de gouverner en rond est destiné à la prison! Médias, universités, culture : les institutions et entreprises fermées de force sont légion.

Voilà : la Turquie, pays membre de l’OTAN et donc allié du Canada, est devenue un pays où ne pas être d’accord avec le gouvernement est suffisant pour être accusé de terrorisme, et être mis en cage pour le reste de sa vie. Rien de moins.

L’écrivaine Aslı Erdoğan est un symbole de ce qui se passe là-bas. Son procès pour appartenance à une organisation terroriste commencera le 29 décembre. Vous comprendrez que « organisation terroriste » signifie « journal qui défend la minorité kurde ».

Nous restons muets face à ces horreurs. Nous avons l’impression qu’elles ont lieu très loin de chez nous. Qu’elles ne nous concernent pas. La Turquie est un exemple de ce qui peut se passer très près de chez nous.

J’ai donc envoyé un livre d’Aslı Erdoğan à Justin Trudeau : Le Bâtiment de pierre. Je lui demande de prendre position au nom du Canada. Voici la lettre qui l’accompagnait. Je suppose que je suis devenu un activiste.

Voici le texte de cette lettre :

Continuer la lecture

Tel que lu sur Facebook

Comme le reste de la moitié de l’humanité qui a accès à l’électricité, j’ai ma page facebook. Je suis même plutôt actif sur ce site, commentant les posts des copains et copines, et mettant à jour assez souvent mon status. Voici un extrait de ces status, pour les curieux et curieuses.

  • Reçu par courriel : « Chéri…. tu es un ange…… xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx ». Il s’agissait malheureusement d’un commentaire strictement et rigoureusement platonique.
  • Lu sur Wikipedia: « Si l’Univers était réduit de façon à ce que le Soleil ait la taille d’une orange, l’étoile la plus proche, Proxima Centauri, se situerait à plus de 2 000 km. » Donc la première orange est dans votre cours, et la deuxième – Proxima Centauri – est à Winnipeg.
  • Effet de serre : l’attitude « on appliquera une vraie solution quand on aura un vrai problème » ne fonctionne pas. L’inertie climatique fera en sorte que les effets positifs de la solution arriveront trop tard. Mais c’est quand même ce que nous, l’humanité, ferons. :-(
  • Lu (dans les commentaires d’un article sur radio-can) : « Une personne qui danse, c’est un danseur. Une personne qui fait des profits, c’est un profiteur. »
  • J’ai écrit des cartes de Noel pour le bureau aujourd’hui. Je me suis rendu compte que je n’écris pratiquement jamais à la main, au point où c’en est devenu pénible.
  • 35 centimètres de neige, ça fait rajeunier son homme de 35 ans!
  • Entendu au Verre bouteille (deuxième partie) : « Il y a trois choses qu’une femme doit donner à son homme pour que ça marche : support, loyauté, sexe. C’est suffisant. Tout le reste est d’ailleurs inutile si l’une de ces trois choses là n’est pas là. »
  • Entendu au Verre bouteille hier soir : « Le Plateau est rempli de gens qui ont des amitiés très fortes depuis 20 ans mais qui ne sont pas capable de faire durer leur couple plus d’un an. »
  • « Si c’était facile, on n’aurait pas autant de fun. » Citation célèbre d’Étienne à mettre parmi les « tout est sous contrôle » et « je suis seul et abandonné de tous ». ;-)
  • Etienne Denis vient de terminer une entrevue à la radio suisse sur l’utilisation des médias sociaux en entreprise. C’est toujours spécial de se faire interviewer: on se fait poser des questions, on y répond, on se demande comment ça sera monté et ce que les gens en retiendront. Dans les médias traditionnels aussi on n’a pas un contrôle complet sur le message!
  • … !
  • Vendredi soir « 100% off » après une semaine « 100% job » marquée par les appels d’offres, les débats sur le web, les réunions et l’humiliante défaite au babyfoot contre la gang de K3 en général et, dans mon cas, Mathieu en particulier.
  • Etienne Denis trouve que la semaine s’annonce longue… Hier: à peu près 11h de réunions / rencontres. Aujourd’hui: la journée de travail commence à 5h30.

Il y a aussi celui-là, mais je ne l’ai pas posté comme status sur facebook parce que c’était trop long:

  • Lu (dans une chronique de Foglia) : « Cher père Noël, c’est pour te rappeler que cette année tu m’as pris un de mes auteurs favoris, John Updike; tu m’as pris un des mes anthropologues favoris, Claude Lévi-Strauss; tu m’as pris un de mes meilleurs amis, Pierre Gobeil; tu m’as pris un de mes chanteurs favoris, Alain Bashung; tu m’a pris un de mes polémistes favoris, Pierre Falardeau. Je ne te reproche rien, père Noël. C’est juste que je me demandais si tu savais que Stephen Harper, actuellement à Copenhague, est un de mes politiciens favoris… »

Ma page sur Facebook : Facebook.com/Etienne.Denis.