En route vers Park Miramar Hotel, Limbé, Cameroun

Je quitte Douala. Douala est « trop » pour moi : trop de bruit, trop d odeurs, trop de tout. Je pense que j’aurais pu y triper si j’y étais arrivé détendu. Mais c’est rendu ici, de l’autre côté de l’Atlantique, que je réalise jusqu’à quel point j’étais fatigué. Je ne me sens pas bien dans le chaos doualien.

Je quitte donc la métropole pour une petite ville beaucoup plus relaxe sur le bord de la mer. Je vais à Limbé.


Agrandir le plan

S’y rendre fait partie de l’aventure.

Continuer la lecture

Douala est un cloaque grouillant de vie humaine

Je suis arrivé à Douala. Le beat est zen. Le mien, pas celui de la ville.

On m’avait décrit Douala comme une métrople chaotique. Elle l’est. En plus, c’est sale. Et bruyant, très bruyant.

Très chaud, genre 28 C à mon arrivée alors que le soleil se couchait. Très très très humide. Douala est construite au milieu d’un marais. La ville est encombrée d’ordures en décomposition. Ajoutez l’odeur du fuel, kérosène, diesel et autres essences mal brûlées par des moteurs trop usés.

Noté dans mon cahier : Douala est un cloaque grouillant de vie humaine.

L’hôtel Beauséjour où je loge est sur une rue relativement tranquille. Voici la vue de ma chambre:

Douala - vue de l’hôtel Beauséjour

Et voici d’autres notes prises dans le même cahier.
Continuer la lecture

Départ dans la tempête… (deuxième partie)

Taxi et tempête de neige

 

Je suis parti dans la tempête. Les taxis ne répondent pas au téléphone durant une tempête. Ils rentrent à la maison, rares sont ceux qui èrent dans les rues… En une heure coin St-Laurent et Mont-Royal, un seul taxi est passé. Je l’ai agrippé. La photo en début d’article a été prise à bord.

 

^

.

.

.

.

.

.

J’arrive à l’aéroport, tous les vols sont au mieux retardés, au pire annulés. Sauf le mien. En témoigne cette photo :

Continuer la lecture

Départ dans la tempête…

Il neige sur Montréal et je termine mes valises. J’ai à peu près fini ce que j’avais à faire au bureau, j’ai réglé mes problèmes de visa :-), je pars très bientôt pour explorer le continent noir (l’allusion à Freud est volontaire, mais ne sauter pas à l’interprétation la plus facile pour autant).Je confie mon apart à Stéphanie, qui sera à Montréal.

stéphanie canot

Si vous croyez que mon voyage au Cameroun est la « grande aventure », comparez-le au « petit » voyage que Stéphanie a fait…

Continuer la lecture