Stop the Clash of Civilizations

Rien d’original aujourd’hui : ce vidéo a été largement diffusé, il a gagné des prix, il a été vu 1,8 million de fois sur Youtube. Si vous ne l’avez pas vu, le voici.

Et voici ma petite réflexion par rapport à tout ça…

Les chocs de civilisations ne causent pas la guerre. C’est très rare qu’une guerre commence quand un chef d’Etat se dit « ils sont trop différents de moi, je vais les convertir ».

Même les Croisades ne sont pas partie ainsi. La première Croisade a commencé quand le Pape s’est dit qu’il avait droit à un plein accès à Jérusalem… et qu’une petite guerre serait bien pratique pour toutes sortes de raisons qui n’ont aucun rapport avec Jérusalem.

La guerre en Irak ne vient pas d’un choc de civilisations. Si on laisse de côté les justifications qui se sont toutes révélées erronées (armes de destruction massive, liens avec Al Quaida et le terrorisme, etc.), on peut conclure que cette guerre vient d’un désir des USA d’accroître leur force militaire dans une région riche en pétrole, dans un contexte où l’accès au pétrole sera une arme essentielle dans la rivalité avec la Chine au cours des prochaines décennies.

Est-ce une bonne raison? Peut-être, peut-être pas. Mais chose certaine, ce n’est pas une raison qui aurait réussi à galvaniser les troupes.

Parce que, pour entrer en guerre, il faut galvaniser les troupes. Jamais Bush n’aurait pu entrer en guerre en Irak en disant:

« Écoutez, Saddam Hussein mène son pays en dictateur, avec quelques histoires d’horreur, mais ce n’est pas mieux ou pas pire que la plupart des autres dictateurs. Sauf qu’on veut son pétrole, donc on va aller tuer quelques dizaines de milliers d’Irakiens dont le seul tors aura été de défendre leur pays comme vous et moi le ferions si, par exemple, la Chine nous envahissait. Tout le monde est d’accord? Ok, on y va!« 

Le choc des civilisation entre en jeu après que la guerre ait été décidée, et après seulement. Il apporte une justification morale à l’action militaire, et sert beaucoup à galvaniser les troupes contre un ennemi diabolique.

La peur de l’Islam sert à éviter quelques questions dérangeantes. Comme « pourquoi on fait ça déjà? »

Dans ce sens, ce vidéo est excellent : la solution commence par désactiver cette peur.

Selon ce que j’en comprends (mais je ne suis pas un expert), le 11-Septembre visait à humilier l’ennemi en touchant ses plus forts symboles au coeur même de son pays. C’était une attaque strictement psychologique, sans aucun avantage militaire sur le terrain.

A noter qu’Al Quaida a dit que c’était une réplique à l’occupation militaire américaine des terres saintes de l’Islam. La réponse américaine a été d’augmenter leur occupation militaire dans la région. Ils poursuivent donc des buts plus importants pour eux (ou du moins pour le gouvernement américain) que de combattre le terrorisme.

Quelques discussions sur le web :