Je cherche mon blanc

L’autre versant du chant des sirènes

« Je cherche mon blanc » est un reportage vidéo sur les Camerounaises qui, par internet, se cherchent un Européen pour se marier et émigrer.

.

.

mari blanc - les filles

Cliquez ici (ou sur l’image) pour voir la première partie du reportage.

Et la suite du reportage…

.

.

.

.

.

.

.

.

Marie blanc, les gars

Cliquez ici (ou sur l’image) pour voir la seconde partie du reportage.

.

.

.

.

.

.

.

Quelques citations :

  • « Jamais un black ne m’a acheté un téléphone. Ou ne m’a dit que j’étais belle… à part mes seins. »
  • « Nos soeurs qui viennent de là-bas (i.e. de l’Europe) nous montrent la différence. Elles sont une auto, de l’argent. Quand elles reviennes, elles sont plus propres, plus belles. »
  • « Chercher son mari sur Internet coûte 100 000 CFA (200$) par mois, soit à peut près le salaire mensuel moyen au Cameroun. La famille contribue donc. « 
  • « Une fois là-bas (en Europe), toute la famille fonde son espoir sur cette fille. »
  • « C’est vraiment une honte de rentrer en Afrique sans rien. »
  • « Nous estimons que 9 filles sur 10 qui se marient via internet se retrouve à la rue (prostitution de rue). »
  • « Elle est prête à faire tout pour avoir son blanc… Vous savez la pauvreté qu’on vit ici? Le blanc, c’est l’espoir. »

.

.

.

Une réflexion au sujet de « Je cherche mon blanc »

  1. Ping : Etienne Denis | photos, voyages et autres » Blog Archive » Le chant des sirènes et le millionnaire

Les commentaires sont fermés.