Leçon #28 du voyageur : le visa

http://www.flickr.com/photos/kaysha/
Photo : kaysha

Voyager hors des circuits touristiques est un apprentissage. Et là, je viens d’apprendre c’est quoi la bureaucratie.

Mon visa d’entrée au Cameroun a été refusé.

La raison?

.

.

.

.

.

.

.

J’ai une bonne job. J’ai zéro dette. J’ai quelques investissements. Je suis capable de payer le loyer d’un 6 1/2 sur le Plateau avec une cours et des arbres. Au travail je suis personnellement responsable du salaire de 20 personnes.

Mais, selon les autorités camerounaises, je n’ai pas les moyens de subvenir à mes propres besoins pendant les 25 jours que je passerai là-bas.

Je ne peux pas passer 25 jours dans un pays où une nuit dans un hôtel très correct dans le quartier le plus cher du pays coûte 30$. Et où, pour 10$, on peut se payer un souper à se rouler à terre. Où, en fait, le salaire moyen est d’environ 150$ par mois.

C’est que le Cameroun exige un visa pour laisser entrer les touristes étrangers. Et qu’on doit joindre une lettre signée de notre banque disant combien nous avons d’argent dans notre compte. Et que j’ai été assez stupide pour faire la demande avant la paie. Je n’avais donc que 650$ dans le compte.

Et que le concept de marge de crédit n’est pas considéré dans l’évaluation, même si c’est écrit noir sur blanc sur la lettre que ce compte venait avec une marge de crédit confortable.

Le salaire versé aux deux semaines, même durant les vacances, n’est pas plus considéré. Comme si les 650$ représentaient toute ma capacité financière.

.

.

.

.

.

.

.

On passe donc au plan B : faire refaire la lettre de la banque, maintenant que la paie de jeudi y a été déposée. Oh, et quitte à y être, transférer de l’argent de ma marge de crédit à mon compte.

Je vais donc faxer tout ça à l’ambassade. Où le service était d’ailleurs très courtois et, chose surprenante, rapide. En fait, mon dossier y a été traité beaucoup plus rapidement qu’à la Caisse populaire, où il a fallu deux jours et demi pour obtenir un court paragraphe.

Je pars dans cinq jours ouvrables et tout ça me rends un peu nerveux.

_ _

Une réflexion au sujet de « Leçon #28 du voyageur : le visa »

  1. Ping : Etienne Denis | photos, voyages et autres » Blog Archive » Départ dans la tempête…

Les commentaires sont fermés.