Le chant des sirènes et le millionnaire

Flash back de mon voyage au Maroc de l’hiver dernier.

Je suis dans un minuscule hôtel, tout en haut d’un col, et devant moi la vue est hallucinante. Dans la vallée on devine le début, pas trop loin, du Sahara.

Il y a deux employés, un vendeur de babioles, un coupe franco-sénégalais et moi.

Le gars, Français, est chic et sympa. Environ 50 ans, belle gueule, grosse bagnole, pas chiant du tout. Un chic type.

La fille, Sénégalaise, est tout aussi chic et sympa. Intelligente, fine, subtile… d’une beauté sublime! Grande, mince, toute en courbes, super sourire, élégante. Peut-être 28 ans. Même si j’étais alors en couple avec la fille qui a les plus beaux yeux du monde, même si ma blonde était fine, cool et tout ce qu’on peut raisonnablement demander à une blonde, j’étais sous le charme.

La vue était, je vous le dis, hallucinante.

Imaginez la même fille, mais au Cameroun (et sans son mec européen).

Contrairement au Maroc, je serai célibataire (à moins de changements non prévus :-). Imaginez qu’une fille aussi belle, aussi fine et aussi tout ce que vous voudrez, m’aborde avec la ferme intention de me séduire. Imaginez par exemple que cette fille-ci mette tout son intelligence et son charme pour me séduire.

Est-ce que je pourrai résister au chant des sirènes? Probablement pas. Et ça serait très normal.

Qu’est-ce que ça veut dire, concrètement? Imaginez Etienne marcher dans cette rue.

http://flickr.com/photos/y-voir-plus/2051125896/
Photo : Lili

Je vais avoir un gros « JE SUIS MILLIONNAIRE » tatoué sur mon front blanc (je ne le suis pas pour vrai, mais vu d’Afrique ça ne fait aucune différence).

Les Camerounaises savent lire ce genre de choses. Et elles ont la réputation d’être « très chaudes et très entreprenantes » auprès des hommes pouvant leur apporter une sécurité financière impossible à rêver autrement. (Pour une idée plus précise, voir mon texte « je cherche mon blanc« )

Sauf que…

Sauf qu’un Camerounais sur 20 est porteur du virus du sida.

Et la maladie n’est pas répartie uniformément. Le mode d’infection du virus rend le receveur du sperme beaucoup plus à risque que le donneur. C’est pourquoi 80% des Camerounais infectés par une MTS sont des femmes entre 20 et 34 ans.

Bien sûr, la jeune fille mariée vierge à un homme monogame est moins à risque, alors que celle qui a un sugar daddy l’est pas mal plus. Assez, en fait, pour que le pays se dote d’un programme sensibilisation contre le sexe inter-générationnel. Notons que parmi les filles qui abordent l’homme blanc, celles de type « fille à suggar dady » sont certainement plus nombreuses que les « jeunes filles mariées vierges ».

Donc imaginez Étienne qui marche dans cette rue…

http://flickr.com/photos/beckmann/415938208/

Photo : Elin B

Il est très difficile d’extrapoler les statistiques, mais on peut supposer que peut-être 20 ou 25% des filles qui m’aborderont seront infectées du sida (et là, évidemment, j’exclus les prostituées, dont le chant de sirène est quand même pas mal moins intéressant).

Si les chiffres que j’avance plus haut sont exacts, une aventure par semaine durant mon voyage équivaut à 90% de risque de coucher avec une fille infectée du virus du sida.

En réponse aux inquiétudes des parents et amis : oui je vais apporter des condoms.

Et, le cas échéant, en porter un (comprenez que ce détail est crucial).

Je vais aussi garder en mémoire tout ce que je sais sur la transmission des virus, bactéries et autres microorganismes. Ce qui veut dire : pas d’échange de fluides. Aussi plate que cela puisse être.

L’Afrique n’a pas que des avantages.

2 réflexions au sujet de « Le chant des sirènes et le millionnaire »

  1. C’est vrai que tu ne passeras pas inaperçu…blanc, grand et costaud…..et en plus assez beau gars dans la quarantaine.

    Amuse-toi bien et encore sois prudent.

    Je t’embrasse bien fort.

  2. Ping : Etienne Denis | photos, voyages et autres » Blog Archive » Je cherche mon blanc

Les commentaires sont fermés.