Rando à Chamonix

.

Droit devant tout au long de la randonnée à Chamonix : le Mont-Blanc.

.

.

Chamonix! Un peu de linguistique: le « x » ne se prononce pas.

J’imaginais Chamonix comme un Mont-Tremblant version européenne. Erreur! C’est un Laval version savoyarde. Aucun intérêt.

Sauf que, contrairement à Laval et à Mont-Tremblant, il y a des vraies montagnes à Chamonix. La ville est un littéralement un trou entouré de murs de 60 degrés faisant quelques kilomètre de hauteur. Sur votre droite, rien de moins que le Mont-Blanc lieu-même, plus haut sommet d’Europe.

Malheureusement, le téléphérique y était hors d’usage. Je me suis donc rabattu sur le voisin d’en face: le Brévent.

.

.

.


Agrandir le plan

.

.

.

.

.

.

Moi, sur le Brévent.

.

Le trou en arrière plan est Chamonix. À la sortie du téléphérique, j’ai fui les touristes et parti sur un petit sentier de crête, histoire de me dégourdir les jambes… et de me taper quelques centaines de mètres de dénivelé. Les sceptiques sont invités à cliquer sur la photo: je sue. Et je suis heureux.

.

.

.

.

.

.

Vue au départ de la rando.

.

Le spot blanc, c’est de la neige. Et tout ce qui descend devra remonter jusqu’au téléphérique (situé au sommet) avant le début de l’orage.

.

.

.

.

.

.

Zen, vue sur la gauche.

.

.

.

.

.

.

Zen, vue sur la droite.

.

Quand je serai dans les Alpages, ça sera quelque part dans ce paysage-là.

.

.

.

.

.

.

Un peu plus loin… sur la gauche…

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Je reviendrai demain, mais du côté de l’Italie, où le téléphérique pour le Mont-Blanc en fonctionnel.

.

.

.